Empyr - The Peaceful Riot

Empyr - The Peaceful Riot

  Portishead - Third.. | Page d'accueil | Scarlett Johansson - Anywhere I Lay.. 

: Ajouté le 20/5/2008 à 17:38

(Matins Maternes 19/05)

Sortez les bracelets à clous, le baggy et les cheveux gras, la vague néo-métal française n’est malheureusement toujours pas morte et compte bien renaitre de ses cendres. Et même si ça va de pire en pire, Empyr est là pour montrer qu’il subsiste malgré tout une flamme nostalgique des années passées où le power-pop se mêlait encore gracieusement au metal pour le plaisir de nos jeunes oreilles préadolescentes.

Tels des powers rangers venus de contrées différentes, Empyr regroupe d’anciens membre s de Kyo Watcha , de Pleymo ou encore de Vegastar. Pour beaucoup d’entre nous, cela n’augure pas forcément grand-chose de bon et pourtant il en ressort une énergie et une recherche de mélodie qui plaira aux fans du genre.

Beaucoup de points positifs amènent en effet cet album hybride à un rang supérieur par rapport à ce que les différents groupes dont sont originaires les membres ont pu faire avant. 

La première chose est que le chant est en anglais, ce qui laisse déjà moins de place aux paroles qui souvent sont la dernière chose travaillée dans un groupe de métal, il faut bien l’avouer.

Il est ensuite beaucoup plus carré et bien que machinalement perdu dans une nuée de déjà vu, il exhume les meilleurs moments des groupes qui le forment. On reconnait en chacune des chansons autant une part de pleymo, que de kyo ou de watcha, tandis que la batterie se fait beaucoup plus soutenue que par le passé.

Les airs souvent très aériens prennent place, au grand malheur des pompeux passages lourds qui permettaient à l’époque d’envoyer toute votre transpiration sur le mec en face de vous par un headbanging à vous donner mal aux cervicales. On sent une certaine recherche de la mélodie assez intéressante et une identification certaine à des groupes comme Linkin Park ou d’autres ayant forgé la nouvelle vague néo métal.

Une bonne dose d’américanisme arrose cet album, qui manque d’une touche personnelle qui changerait beaucoup la donne.

Les envolées lyriques de Benoit Poher sont tout de même à faire remarquer, il a donc décidé de laisser tomber la voix miaulante et sussurante dont il usait à merveille dans Kyo au prix d’un dévergondage de ses cordes vocales jusqu’à crier à pleins poumons.

Certainement un bon album dans le style, mais rien de percutant malgré tout, ils ont la chance d’appartenir à un style tellement récent que personne ne peut encore se retourner dans sa tombe à l’écoute de tout ça …

Ils seront en concert le 31 mai au VK de Bruxelles et le 10 mai aux ardentes

Plus d’infos : myspace.com/empyrmusic

  Portishead - Third.. | Page d'accueil | Scarlett Johansson - Anywhere I Lay.. 

» Catégorie reserved to connected users
Poster un commentaire

A propos du blogueur

Links

• Accueil
• Voir mon profile
• Archives
• Email
• Blog RSS

Catégories

Amis

0

Liens

Services

•

Sondage

| Contact author |